Mots éparpillés : Janvier 2015

Voici le quatrième rendez-vous interblogueur « Mots éparpillés ». Je vous livre ma participation. Ce mois-ci, je vous livre des presque-pensée, une écriture presque-automatique…En vrac et sans plus !

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist

mots éparpillés janvier 2015

  • L’innocence d’un enfant qui s’approche doucement mais sûrement de l’adolescence. Un enfant dans la rue, un enfant insouciant. Sait-t-elle déjà ce que c’est Facebook ? A-t-elle déjà eu l’idée d’écrire sur un mur ? Ironie futile du monde, que me veux-tu ? Je grandirais dans un monde libre où écrire sur les murs ne sera point un problème.
  • Un mur sale et salissant, la propreté des immeubles et des lieux publics. Où va-t-on ? Laissons-nous tout faire ? La permission n’a pas de limites. Un mur et des écritures. Un mur et des mots. Les mots, partout, toujours.
  • Des lignes noires sur un blanc cassé. De gauche à droite. En vitesse et maladresse. Les murs ont toujours parlé. Facebook, le nouveau-vieux arrivant. Existera-t-il quand cette fille aura grandi ?
  • Facebook, ce mur qui nous permet de communiquer, ce mur de la grande vitesse, des mots parfois non réfléchis ou, bien au contraire, longuement rédigés. Du mur en pierre au mur virtuel. Passage d’une vie en mouvance mais où l’écriture continue d’être reine.

Découvrez les autres participations de ce mois-ci :

– Florence Gindre de « FG-Florence Gindre »,
J’habite à Wadford, du blog homonyme,
Patrizia de « Patrizia… Mizamots »,
– Stéphane de « Les écrits de Stéphane Dary »,
– Nicolaï de « Racontécrire. Nicolaï Drassof »,
– Cracoline de « Histoires diverses »,
– Pom de Pin du blog « Pom de Pin in Worderland »;
– Delphine de « We Love Words »,
– Murielle de « Murmurielle ».

Le 15 de chaque mois, nous vous soumettons une photo de ces mots éparpillés pour que vous les libériez le 15 du mois suivant par un texte.

Pour participer, rien de plus simple :

  • écrire un texte inspiré de la photo (entre 100 et 300 mots) et le publier survotre blog le 15 du mois suivant.
  • intégrer dans votre article la phrase « Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist. » (sans oublier d’activer les liens vers les blogs)
  • nous faire savoir que vous avez écrit en commentant chez nous que votre article est en ligne.

De notre côté, sur nos blogs respectifs, nous mettrons les liens des participants à la suite de notre propre texte.

En juillet prochain, nous publierons un e-book de toutes vos participations, téléchargeable sur nos blogs. Si vous souhaitez que votre texte n’y apparaisse pas, merci de nous le signaler lorsque vous mentionnez votre participation dans les commentaires.

Voici la photo pour les textes du 15 février :photo février mots éparpillés

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quelques jours de pause | Unos días de pausa

Rêver, toujours. Voler plus loin, aussi. Sourire et y croire. De petits pas. Des liens qui se créent. Des vies. Des projets. Savourer en douceur et s’aimer tout le temps. Chérir les mots, surtout.

Voilà ce que ce blog m’apporte depuis déjà 6 ans. Des rêves et des réalités qui évoluent au gré de ma vie et de mes envies.

Seulement, quelques jours de pause pour revenir mieux, plus beau, plus performant.

De petites mains très délicates travaillent avec beaucoup d’enthousiasme et plein d’amour pour vous dévoiler une surprise que nous préparons déjà depuis quelques mois. Parce que la patience est aussi une grande vertu.

Merci d’être là et de suivre ces mots, Les mots de Marguerite.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi suivre la page facebook du blog.

Rendez-vous très très vite.

Le texte du projet « Mots Eparpillés » paraîtra bien ce jeudi 15, pour ne pas manquer à son rendez-vous mensuel.

les mots de marguerite

Soñar, siempre. Volar más lejos, también. Sonreir y creer en esa sonrisa. Dar pasitos. Vínculos que se crean. Vidas. Proyectos. Saborear suavemente y amarse en cada instante. Seducir las palabras, eso, sobre todo.

Estas son algunas de las cositas que este blog me aporta desde hace ya 6 años. Sueños y realidades que evolucionan al mismo tiempo que mi vida y mis ilusiones.

Pero unos días de pausa se imponen, para volver mejor, más guapos, más fuertes.

Manos delicadas están trabajando con mucho entusiasmo y mucho amor en una sorpresa que estamos preparando desde hace ya algunos meses. Porque la paciencia es una gran virtud.

Gracias por seguir ahí, por seguir las palabras, las palabras de Les mots de Marguerite.

Si os apetece, podéis seguir la página facebook del blog.

Nos vemos muy muy pronto.

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 an d’épanouissement freelance | 1 año de prosperidad freelance

C’était en janvier 2014 quand j’ai cliqué sur la case qui aller me donner un numéro de SIRET. Un acte simple, facile. Pourtant, un acte mûrement réfléchi et préparé depuis septembre 2013. En vrai, la décision de me lancer en freelance je l’ai prise lors de mon congé maladie pendant ma grossesse. Une décision prise à deux, toujours avec le soutien et l’écoute de ChériGuiri.

Aujourd’hui, je peux dire que je fête mon anniversaire de freelance, mon premier anniversaire d’auto-entrepreneuse. Et j’en suis fière et contente.

Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui envisagent de « se mettre à son compte », comme on dit. Des gens qui s’interrogent, des gens qui veulent mais n’osent pas. S’il y a des gens qui ont besoin d’être encouragés, je suis là pour le faire. Je veux vous dire que nous sommes très contents de la décision prise il y a environ deux ans ainsi que du chemin parcouru depuis 1 an.

Non, ce n’est pas toujours évident. Oui, il y a des moments de doute. Bien sûr, on s’interroge sur la capacité financière à assumer ce risque. Mais à la fin, le résultat est positif. Ici, on se sent plus épanouis. On se sent plus soi-même. Je parle au pluriel puisque je considère mon aventure comme une aventure de famille. Sans lui je n’aurais pas pu le faire : ni financièrement ni moralement. Bien que je sois de nature forte, indépendante et que j’adore les nouveaux défis, j’ai toujours peur du gouffre financier. Lui il est là pour me rappeler que la vie est plus que de l’argent et qu’on peut vivre plus heureux avec 100 € en moins. Pourtant, aujourd’hui, 1 an après avoir cliqué, je peux dire que l’affaire commence à être rentable, et ce depuis quelques mois déjà. Je fais encore attention, oui, c’est sûr mais la caisse se remplit. Des petites gouttes pour faire un grand océan.

Mon épanouissement je ne peux même pas le décrire. Pour moi c’est maintenant une joie et un bonheur de me lever tous les matins. Parfois même, j’aimerais que les journées aient plus de 24 heures pour continuer à travailler sur mes projets et pour en mettre en place d’autres. Des heures pour exprimer ma créativité, pour écrire, pour traduire, pour communiquer, pour bidouiller des photos.

C’est en 2015 que je peux dire haut et fort que oui, je suis T R A D U C T R I C E et R E D A C T R I C E et que je travaille beaucoup pour le W E B. Que j’ai des clients, des projets enthousiasmants et que je sais qu’il y en a d’autres qui vont arriver.

1 an de bonheur, simplement. 1 an de douceur professionnelle. 1 an de rêves accomplis et à accomplir. 1 an déjà… et beaucoup d’autres à arriver.

première année auto-entrepreneur

Fue en enero de 2014 cuando hice clic en la casilla que me otorgaría un número de SIRET (de autónomo). Un acto sencillo, fácil. Y sin embargo, un acto muy meditado y preparado desde septiembre de 2013. La decisión de lanzarme como freelance la tomé, realmente, durante mi baja cuando estaba embarazada. Una decisión tomada a dos, siempre con el apoyo de ChériGuiri.

Hoy puedo decir que celebro mi cumpleaños de freelance, mi primer aniversario de auto-entrepreneuse. Y me siento contenta y orgullosa.

Sé que hay mucha gente que se plantea trabajar por cuenta propia, como se suele decir. Gente que se interroga, gente que quiere pero no se atreve. Pues sepan que si hay gente que necesita ánimos y un empujoncito, yo estoy aquí para ello. Quiero deciros que estamos contentos de la decisión tomada hace unos dos años y también del camino recorrido desde hace 1 año.

No, no siempre es fácil. Sí, hay momentos de duda. Evidentemente, yo también me interrogué sobre la capacidad financiera para asumir este riesgo. Pero el resultado es positivo. Aquí nos sentimos más felices y venturosos. Nos sentimos más nosotros-mismos. Hablo en plural puesto que considero mi aventura como una aventura que incumbe a la familia entera. Sin él, yo no habría podido hacerlo: ni económicamente ni moralmente. Aunque yo soy de caracter fuerte e independiente y que adoro confrontarme a nuevos retos, siempre tengo miedo de llegar a un abismo financiero. Pero él está ahí para recordarme que la vida es mucho más que dinero y que se puede vivir más feliz con 100 € de menos. Pero hoy, 1 año después de haberle dado al clic, puedo decir que el negocio empieza a ser rentable, y eso desde hace unos mesecitos. Aun VOY con cuidado, sí, pero la caja empieza a llenarse. Como pequeñas gotitas para llenar un gran océano.

Mi felicidad no puedo ni describirla. Ahora me levanto todas las mañanas con alegria y jovialidad. A veces, incluso, me gustaría que los días tuvieran más de 24 horas para seguir trabajando en mis proyectos y para poner en marcha muchos otros. Horas que paso dando salida a mi creatividad, horas escribiendo, traduciendo, comunicando, trasteando fotos.

Es en 2015 que puedo decir que sí, soy T R A D U C T O R A y R E D A C T O R A y que trabajo mucho para el mundo W E B. Que tengo clientes, proyectos que me entusiasman y que sé que muchos otros están por llegar.

1 año de felicidad, simplemente. 1 año de dulzura profesional. 1 año de sueños realizados y otros por realizar. 1 año ya… y muchos otros por llegar.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Libres d’écrire c’est vivre | Libres para escribir es vivir

On m’a appris à écrire, à l’école. Dessiner, je le faisais moins bien. Mais je le faisais. On m’a dit d’inventer des histoires, d’écrire des contes. Je l’ai fait. Je les illustrais de quelques dessins, à ma façon. J’ai continué à écrire. Parfois pour des journaux. Des chroniques, de petits articles humbles, ma plume glissait des mots sur la vie elle-même. Ecrire cette vie qui aujourd’hui est laide. Dessiner une vie qui n’est pas celle qu’on a rêvé. On m’a appris à écrire pour être libre, aussi. Pour m’exprimer, dans le respect, bien sûr, mais écrire, toujours, parce que c’est ce que le cœur nous dit. Et le cœur a toujours raison. 

Laissons libres nos plumes et nos feutres. Pour toujours. Pour toujours, une vie meilleure encore plus douce pour nos enfants.

Pour toujours, les mots avec nous.

**********************************

(Soutien à la liberté de presse)

 

libertad de expresión

Pour toujours, les mots avec nous.

En la escuela me enseñaron a escribir. Dibujar se me daba menos bien. Pero lo hacía. Me dijeron que me inventara historias, que escribiera cuentos. Lo hice. Los ilustraba de algunos dibujitos, a mi manera. Continué escribiendo. A veces para algún periódico. Crónicas, pequeños artículos humildes, mi pluma susurrando palabras sobre la vida misma. Escribir esta vida que hoy se ha ensuciado. Dibujar una vida que no es la que hemos soñado. Me enseñaron a escribir para ser libre, también. Para expresarme, siempre con respeto, evidentemente, pero escribir, siempre, porque es lo que el corazón nos dice. Y el corazón siempre tiene razón.

Dejemos libres nuestras plumas y nuestros lápices. Para siempre. Para siempre una vida mejor aún, una vida más dulce para nuestros hijos.

Para siempre, las palabras con nosotros.

***********************************

(Apoyo a la libertad de prensa)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fêter la tradition des Rois Mages en France

Le 5 janvier au soir est un moment très spécial pour tous les enfants (et moins enfants) en Espagne et bien d’autres pays en Amérique Latine. En effet, les petits sont encore en vacances scolaires et le 5 c’est l’arrivée des Rois Mages avec toute sa dose de magie et de féerie. Là-bas on ne connaît pas le Père Noël, enfin, oui, il a aussi débarqué de l’autre côté des Pyrénées il y a une dizaine d’années peut-être (moi, petite, je ne le voyais qu’à la télé, je vous assure) mais il n’a pas encore pris beaucoup de place. Les Rois Mages c’est le jour des cadeaux. Aujourd’hui, 6 janvier est un jour férié, les familles se réunissent, les enfants déballent leurs cadeaux, à ce moment précis où je rédige ces quelques lignes, l’opération émerveillement doit être en route chez plein de petites têtes blondes hispanophones.

D’où vient cette tradition ?

Le mot Épiphanie vient du grec et signifie « apparition », signifiant que les Rois Mages sont venus célébrer l’arrivée dans le monde du Messie. Ce sont ces Rois qui apportent et offrent les cadeaux au petit Jésus : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Alors voilà, exit le Père Noël 😛 ! Dans les pays laïques, comme la France, il est coutume de fêter l’Épiphanie le premier dimanche de janvier en mangeant une galette des rois.

Tradition des Rois Mages

Comment fête-on les Rois Mages ?

Dans toutes les villes espagnoles, le 5 au soir il y a un défilé avec des carrosses, de l’animation, de la musique et bien évidemment les Rois Mages. Parfois ils arrivent en bateau (comme à Palma de Majorque et Barcelone) et parfois à cheval comme dans ma petite ville. Dans ma petite ville c’est une sacrée organisation: le 1 janvier il y a déjà un défilé avec l’arrivée des pages ou valets des Rois Mages qui viennent pour ramasser les lettres des enfants. Ils se mettent aux escaliers de la mairie, en face de l’église, ils ouvrent leurs grands sacs et tous les petits de la ville y déposent leurs lettres, en échange de quelques bonbons et de beaucoup de sourires ! Et puis le 5 au soir, le grand jour, le grand moment ! Les Rois Mages arrivent sur leurs beaux chevaux accompagnés toujours d’un cortège de valets et de quelques tracteurs décorés pour l’occasion et bien remplis avec les paquets, colis et cadeaux que les parents, tontons, papys et mamies ont pris soin d’amener silencieusement et tard le soir quelques jours auparavant dans un entrepôt municipal ou un groupe de jeunes organise la fête. Melchior lit un joli discours au balcon de la mairie, ils font une offrande à l’église et ensuite ils parcourent les rues de la ville et les valets (des jeunes de la ville bien customisés) jouent aux facteurs et rentrent dans les maisons pour apporter les cadeaux ! Le temps d’une photo, les enfants croient plus fort que tout que les Rois Mages sont venus les voir ! C’est un moment très magique !

Tradition Rois Mages Espagne

Comment fête-on les Rois Mages quand on vit à l’étranger ?

Hier soir, chez nous, on a joué les prolongations de fête. Le matin, Petite Princesse a fait aussi sa rentrée chez la nounou mais le soir nous avons un peu chamboulé notre routine et nous nous sommes préparés pour la fête. J’ai fait le pitre, beaucoup, ben oui, il y a que moi pour transmettre cette tradition, alors, il faut mettre les bouchés doubles ! On a fait avec les moyens de bord, vous pouvez bien imaginer que dans ma petite ville de la campagne en France il n’y avait pas de défilé des Rois Mages de prévu :-P, ChériGuiri n’a pas voulu se déguiser (eeh, quoi, non, je ne lui ai même pas proposé !)… J’ai mis les cadeaux au pied du sapin, j’ai chanté et dansé pour mettre Petite Princesse dans une ambiance de fête et ô merci TVE Internacional ! j’ai allumé le grand écran, connexion directe avec Madrid et petit tour de baguette, les lumières, la féerie et les Rois Mages sont ainsi rentrés aussi chez nous !! Elle était obnubilée par les chevaux, par les longues barbes de Ses Majestés, par la musique et puis le moment est venu d’ouvrir les cadeaux ! J’ai encore dansé, applaudi et fait le pitre à l’espagnole tandis que ChériGuiri contribuait avec sa dose de sourires bretons ! Petite Princesse était ravie, je suis sûre qu’elle n’oubliera jamais sa première fête des Rois Mages à la française !

Rendez-vous sur Hellocoton !